ADVERTISEMENT

Glen Constantin, l’homme aux 196 victoires

ADVERTISEMENT

powerhouse universitaire à Québec”,”textual content”:”Cet homme-là a eu une imaginative and prescient du soccer à Québec quand il est revenu de Houston en 1996. Il a pris le rôle de coordonnateur défensif, puis il est monté comme entraîneur-chef cinq ans plus tard. Il voulait avoir un powerhouse universitaire à Québec”}}”>Cet homme-là a eu une imaginative and prescient du soccer à Québec quand il est revenu de Houston en 1996. Il a pris le rôle de coordonnateur défensif, puis il est monté comme entraîneur-chef cinq ans plus tard. Il voulait avoir un powerhouse universitaire à Québec, relate l’ex-centre du Rouge et Or Dominic Picard.

À l’époque, Québec n’avait pas encore été gagnée par la fièvre du ballon ovale. Les équipes de soccer étaient peu nombreuses dans les écoles secondaires de la région, rappelle celui qui est aujourd’hui entraîneur-chef des Élans de Garneau.

Glen Constantin reçoit la traditionnelle douche d’eau froide, gracieuseté du quart Mathieu Bertrand, après une victoire contre les Redmen de McGill en match éliminatoire, en 2001.

ADVERTISEMENT

Photograph : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Dès le départ, ça a toujours été des objectifs élevés. C’est la tradition qu’on cherchait à implanter, décrit pour sa half Justin Éthier au sujet de la première saison de Constantin à la barre du Rouge et Or en 2001.

Pour le coordonnateur offensif, le succès de son patron de toujours half d’une selected : la ardour. C’est clairement le mot pour le décrire. C’est un grand passionné et il transmet ça à ses adjoints et à ses joueurs. Quand tu parles à Glen d’autres sports activities, ça ne l’intéresse pas vraiment. Son sport, c’est le soccer, lance Éthier en riant.

Un joueur de football donne une accolade à son entraîneur-chef souriant.

Matthieu Proulx fait l’accolade à Glen Constantin après la conquête de la Coupe Vanier 2004.

Photograph : La Presse canadienne / J.P. MOCZULSKI

NFL Community, parce qu’il regarde du soccer 24heures sur24, 7jours sur7″,”textual content”:”Je ne suis pas chez lui souvent, mais il doit être abonné à NFL Community, parce qu’il regarde du soccer 24heures sur24, 7jours sur7″}}”>Je ne suis pas chez lui souvent, mais il doit être abonné à NFLCommunity, parce qu’il regarde du soccer 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ajoute le coordonnateur des unités spéciales Mathieu Bertrand.

Un bourreau de travail

L’picture n’est pas si loin de la réalité. Tous ceux qui connaissent Glen Constantin savent que sa vie gravite autour du soccer et qu’il n’a jamais compté les heures de travail pour se préparer à un match. Quitte à dormir dans son bureau du PEPS ou lui-même faire les brassées de lavages des uniformes de ses joueurs.

Il met beaucoup de temps. Il n’arrête pas tant qu’il n’est pas satisfait du travail. Tous les entraîneurs autour, même ceux qui se sont greffés plus tard, on est un peu tous dans le même moule. On go well with le chef, décrit le coordonnateur défensif Marc Fortier.

Glen Constantin (gauche) et le coordonnateur offensif Justin Éthier lors d'un entraînement précédant la Coupe Vanier, en novembre 2013.

Glen Constantin (gauche) et le coordonnateur offensif Justin Éthier lors d’un entraînement précédant la Coupe Vanier, en novembre 2013.

Photograph : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Il n’accepte pas un effort minimal. Il veut un effort maximal de tout le monde. C’est le souci du détail, ajoute Dominic Picard.

Les premières saisons de Glen Constantin comme entraîneur-chef n’ont pas été faciles, rappelle toutefois ce dernier. Pour trouver ses repères, il a su bien s’entourer.

« C’était sa imaginative and prescient, mais il y a toute une équipe d’entraîneurs derrière qui travaillent d’arrache-pied. Il a réussi à orchestrer ça. »

— Une quotation de  L’ex-Rouge et Or Dominic Picard

Avec le temps, le gagnant de 10 coupes Vanier a appris à déléguer, pointe Mathieu Bertrand. Et il a réussi à garder son monde à travers toutes les années. La stabilité fait le grand succès de toute cette organisation.

Faire grandir le soccer québécois

L’affect de Constantin dépasse le campus de l’Université Laval, rappelle Guillaume Rioux, ex-joueur et actuel entraîneur des receveurs du Rouge et Or. Il a vraiment le bien du soccer au Québec et au Canada à cœur. Il dit depuis longtemps qu’il voulait faire du Québec le Texas du soccer. Je pense que c’est mission accomplie. Ça dépasse les victoires et les défaites, dit-il.

Un entraîneur de football entouré par des joueurs en uniforme rouge et or.

À sa 21e saison à la barre de l’équipe, Glen Constantin n’a rien perdu de son plaisir à entraîner.

Photograph : Mathieu Tanguay/Rouge et Or

Cette idée de faire évoluer le ballon ovale partout au Québec était présente dès le début, raconte Marc Fortier. Cela a toujours été le grand projet de Glen Constantin.

Aujourd’hui, les Carabins de l’Université de Montréal et les Stingers de Concordia sont entraînés par d’anciens adjoints de Constantin. Trois de ses anciens joueurs du Rouge et Or dirigent des équipes collégiales en division un et encore beaucoup plus à différents niveaux scolaires.

Voir tous ces anciens-là partout dans la province, et même ailleurs au pays, c’est une grande fierté pour Glen et pour tout le monde dans le programme, conclut Justin Éthier.

Leave a Comment

ADVERTISEMENT